Faite une pause et promenez vous dans mes souvenirs

La Charente à Rejallant

La Charente, à Rejallant, est belle et sauvage, quand les enfants sont à l’école. C’est le moment que j’ai choisi en cette fin d’après-midi un vendredi pour me poser au bord de l’eau. Le lendemain, en WE, ça pataugeait bruyamment, leurs jeux couvrant presque les causeries de leurs gardiens sur la berge. Je suppose que ce sont eux qui ont construit ce barrage de pierres. J’aurais dû le détruire partiellement pour laisser le regard s’écouler vers l’aval, mais je n’ai pas pu ; ils ne sont pas sur l’image, mais j’entends encore leurs cris et les imagine portant à bout de bras ces lourds cailloux.

Téléchargez la fiche descriptive:

Les roses trémières

Image classique des petits villages de Charente-Maritime que j’ai trouvé, pour ma part, en Dordogne, à Bourdeilles sur la place de la mairie où nous étions en WE pour un concours de Couleurs d’Aquitaine. Etant à l’organisation, je n’ai eu le temps que de capturer ce petit souvenir, qui me rappelle, posé dans un coin de l’atelier, que la vie peut être belle et douce dans nos petites villes du Périgord.

Téléchargez la fiche descriptive:

La jeune fille sur le pont

Rien de tel qu’une peinture pour prolonger une émotion. Je voulais conserver le souvenir de ce pont romain à Eymet. A l’inverse de celui de La Sauvetat un peu plus bas sur le Dropt, celui-ci est isolé à la sortie de la ville, comme abandonné. Banalisé, peut-être, parce qu’i est toujours ouvert à la circulation? Et pourtant, quelle merveille! J’avais commencé la veille en posant cette architecture si particulière et j’apprêtais
mes premières couleurs lorsque, interrompant sa promenade, elle s’est arrêtée et a posé ses deux mains sur ses pierres. c’est cette image qui est restée; on ne se refait pas…

Téléchargez la fiche descriptive:

Le jardin des nénuphars

Non, nous ne sommes pas à Giverny et je ne me prends pas pour Claude Monet, mais au Temple-sur-Lot où Couleurs d’Aquitaine a organisé un concours en juillet dernier. Associé à l’organisation, j’avais présenté ce petit tableau « Hors concours ». Ne sachant pas si j’aurai le temps de faire quelque chose d’abouti, j’ai choisi de travailler sur un carton. Je le regrette un peu car cela ne permet pas un encadrement en caisse américaine comme pour mes autres huiles, et, finalement, je le trouve pas si mal. Ce petit pont enjambe un canal, juste à côté de la Bibliothèque où nous étions installés pour les inscriptions. Au loin, après le virage, commence le vrai jardin des nénuphars, un site étonnant, à découvrir.

Bon, s’il est plébiscité, je trouverai moyen d’encadrer ça, avec une marquise peut-être, dans un cadre classique. Je vais le publier sur FB et voir ce que ça donne…

Les pochades de l’été

Je n’ai pas été très productif cet été, préférant me réserver pour les séances d’atelier du prochain hivers, tout en mémorisant, tout de même, quelques images de paysages périgourdins. Trois petite gouaches en souvenir:

  • – Le monument aux morts des mobiles, du sculpteur Edmond Desca à Pèrigueux, sur cette esplanade des souvenirs où nous participons régulièrement à des cérémonies commémoratives,
  • Le château de Commarque, avec une nouvelle vue, saisie confortablement installé sous un surplomb de la falaise, ancien gîte troglodyte sûrement, à côté de la source d’eau cristalline et potable,
  •  et une vue sur cette même vallée de la Beune et son étang, saisie le matin, derrière l’église de Tamniès.

Les votes sont ouverts, la vue la plus appréciée sera la première à passer sur le chevalet…

Le pont de pierre

Je n’avais, ce samedi matin, qu’un carnet de croquis et un stylo-bille. Mes amis aquarelliste se lançant dans des petites pochades à leur façon, j’ai pris le temps de deux croquis annotés et de quelques photos de référence. voici le premier tableau, en 27X35 cm, résultant de cette sortie. Il rend bien l’ambiance lumineuse et douce du bord de Garonne en ce début d’été.

Téléchargez la fiche descriptive:

Poumey

Chacun peut se promener dans les vignes de Poumey, propriété de la ville de Gradignan à la fois exploitation viticole et parc public. Je m’y suis installé de bonne heure, vers huit heure, et n’ai levé la tête que vers midi, empêtré dans tous ces verts printaniers. J’ai fini les détails des bâtiments, à l’ombre, à l’atelier, la chaleur s’étant invitée sans ambages en ce début juin. J’étais bien pourtant, planté dans la vigne comme un vieux cep un peu tordu mais toujours vert. Bon, je m’égare, mieux vaut vous laisser vagabonder dans ce paysage typiquement bordelais. La sortie est juste derrière vous à droite ; mais restez, profitez de cette invitation et si le décor vous plait, placez ce tableau sur l’un de vos murs, il ne demande que ça…

Téléchargez la fiche descriptive:

La Carderie

Essai de peinture sur le motif sur papier bambou tendu sur châssis, avec un dessin à la gouache en sous-couche et une première application de pastel sur le terrain. Voici le résultat pour ce dernier WE de mai, le vendredi 28 à Oradour-sur-Glane, à la Cadrerie, salle municipale où mon épouse participait à une réunion sur le parcours de la sinistre division Das Reich en 1944 en Nouvelle-Aquitaine. Mon sujet était plus léger, il s’agissait en l’attendant de croquer l’arrière de la salle de réunion qui donnait sur la Glane, de casser la croûte et, si possible, de faire une petite sieste avant de reprendre la route

Téléchargez la fiche descriptive:

Vous aussi vous aimeriez voir sur un tableau votre maison préférée?